Le Big Data et la mobilité de demain avec Marie Eldin de Mov’eo

Le véhicule de demain

Marie Eldin est responsable des sujets solutions et usagers de la route chez Mov’eo et spécialiste des sujets de mobilité et du Big Data. Mov’eo est un pôle de compétitivité spécialiste dans l’automobile, la mobilité et les transports publics, elle développe des projets collaboratifs innovants pour renforcer la compétitivité internationale des entreprises françaises et des territoires.

logo-responsive

Qu’est-ce que recouvre la terminologie Big Data selon vous ?

Le Big Data recouvre les technologies qui permettent de collecter, traiter et mettre en valeur de grandes quantités de données. Les objets connectés et notamment les véhicules autonomes vont d’ailleurs contribuer à l’augmentation de ce volume de données. Pour les entreprises du secteur automobile et notamment les acteurs traditionnels constructeurs et équipementiers, on parle beaucoup du Big Data avec des opportunités et des risques. Cependant, il y a parfois une confusion entre ce qui est du pur Big Data et ce qui découle de l’évolution du numérique.

Pour les nouveaux acteurs de la branche et notamment les start-ups, le Big Data est vécu comme une opportunité pour le développement de leur business – notamment au travers de projets autour du véhicule autonome, de la maintenance prédictive et de la sécuritéFinalement le secteur et les acteurs traditionnels sont contraints de plonger dans ces technologies notamment avec la concurrence qui se fait sentir autour du véhicule autonome.

Avez-vous un regard sur la situation de la France par rapport au développement du Big Data ?

Il y a effectivement beaucoup de communication sur le sujet au niveau des différents secteurs et entreprises. Il y a également plusieurs initiatives et impulsions gouvernementales notamment autour des projets de réglementation et d’open data. Globalement il est difficile pour moi de donner un avis sur la situation en France.

Sur la question du Big Data, comment est perçue la technologie, les grands projets structurants qui l’accompagnent ?

L’ensemble de la filière est impacté par le Big Data, des équipementiers, en passant par les constructeurs et les assureurs. Par contre il semble que certaines PME spécialisées n’ont pas forcément encore recours à ces technologies dans leurs travaux (centre R&D, nouvelle fibre carbone, optimisation sécurité motard, etc.). Pour les constructeurs, beaucoup de données remontent et vont remonter des véhicules, favorisant ainsi l’interaction avec l’usager et ainsi le développement de nouveaux usages.

L’usine du futur pourra être impactée dans le rapport à la maintenance des véhicules, qui par leur connectivité permettra d’anticiper les phénomènes de pannes par de la maintenance préventive. En termes de menaces, les constructeurs rencontrent de nouveaux acteurs qui s’invitent dans la chaîne de valeur de l’industrie, notamment au travers de la connectivité et de la gestion des données avec les opérateurs télécoms, mais également au travers des enjeux autour du véhicule autonome avec Tesla, Google, Uber, etc.

Au niveau de la mobilité, beaucoup d’acteurs et notamment des start-ups se structurent autour de projets technologiques Big Data. Cependant, il faut faire attention à ce que les fondements de ces projets ne soient pas trop faibles car portés par l’engouement et la mode du Big Data.

Les opportunités du secteur se portent entre autres sur les cas d’usages suivants :

  • Développement des systèmes « pay as you drive » portés par les assureurs au travers des comportements de conduites des conducteurs
  • Consommation et éco-conduite pour formulation de conseils de conduite grâce au croisement de données environnementales, des véhicules et de la manière de conduire
  • Maintenance du véhicule grâce à la généralisation des capteurs et à l’analyse des données
  • Prévention des accidents avec l’analyse des profils « accidentogènes ». La précision des prévisions sera un des enjeux de ce cas d’usage compte tenu d’un volume de données encore faible
  • Application d’optimisation des trajets en multimodal grâce au croisement des sources de données existantes selon les moyens de transport

Quels sont les éléments qui peuvent motiver les directions à s’intéresser au Big Data, quels sont les freins ?

Pour l’univers des start-ups, le Big Data et ses technologies sont considérés comme un véhicule pour développer leur business en proposant des produits et services innovants pour les acteurs historiques de la chaîne de valeur voire même en les outrepassant.

Pour les grands groupes, la voiture connectée et autonome constitue un des enjeux stratégique des prochaines années. De nouveaux acteurs comme Google, Tesla, et Uber entrainent les groupes historiques à s’aligner avec les grandes tendances émergentes sur le sujet. Carlos Ghosn a donc parmi ses nombreuses priorités de faire tourner son véhicule autonome en version prototype dans les rues françaises afin de communiquer sur les avancés en cours.

D’autres acteurs comme les assureurs, profitent également de ces technologies pour faire évoluer leur proposition de valeur grâce à de nouveaux modèles en termes de relation client comme le « pay as you drive ».

L’acculturation des acteurs et salariés du secteur est un enjeu pour lever les freins quant à l’émergence plus diffuse au sein des entreprises du Big Data et des services associés.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *