Le premier signe physiologique de l’Alzheimer identifié grâce à des « big data »

Alzheimer

Des chercheurs ont identifié les premiers signes physiologiques de la maladie d’Alzheimer en ayant recours à un puissant outil informatique d’analyse de méga données.

Plus de 7 700 images du cerveau de 1 171 personnes à différents stades de la maladie ont été analysées sur une période de 30 ans. Des échantillons de sang et de liquide cérébro-spinal, ainsi que des données sur le niveau de cognition sont venus compléter l’analyse, offrant ainsi une cartographie de l’entièreté de la matière grise.

Les résultats de cette étude ont montré que des changements dans l’irrigation sanguine sont le premier signe avant-coureur de l’Alzheimer, remettant ainsi en cause les connaissances antérieures des scientifiques sur la maladie et permettant également de la détecter plus tôt.

Une telle approche de la neurologie, guidée par des données, devient de plus en plus importante. Les outils Big Data permettent de donner un sens à l’abondance de données recueillies. C’est dans ces nouvelles approches que réside l’avenir de la recherche clinique sur le cerveau.

Les futurs projets auront pour objectif de réaliser une modélisation causale des interactions entre tous les facteurs de la maladie, ce qui exigera une énorme puissance de calcul encore non disponible.

[Article identifié sur Psychomedia le 20/07/2016]

1 Comment

  1. Pingback: Le premier signe physiologique de l’Alzheimer identifié grâce à des « big data » – L’Observatoire des usages du Big Data – Institut des Interactions compleXes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *