En Chine, des services gratuits et une rente contre des données

Pékin

Alors que le projet de loi pour une République numérique instituant une ouverture des données publiques accrue vient d’être votée au Sénat, la Chine accélère son mouvement vers l’économie de service. Par un effort important observé dans le développement d’infrastructure de gestion des données massives, les autorités chinoises montrent leur volonté de donner de la valeur à la data.

Beinjing Connect
Beijing Connect

À cette fin, il est proposé aux personnes de plus de 80 ans de bénéficier d’une carte électronique faisant office de carte d’identité et de carte bancaire. Le gouvernement la crédite chaque mois d’une quinzaine d’euros et elle octroie l’accès à des services gratuits comme les transports publics.

En contrepartie, les autorités pékinoises alimentent une vaste base de données, « Beijing Connect », dans le but de prédire les besoins à venir notamment concernant les services nécessaires à l’importante population vieillissante de la capitale. Les données collectées vont de la visite au parc à l’usage des transports publics comme le nombre de trajets pour aller faire ses courses. L’agence « Beijing Community Service Association », qui gère le projet, assure que les données ne sont pas transmises à des tiers sauf accord du gouvernement.

[Article identifié sur Big Story le 30/05/2016]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *