Les collectivités appelées à nourrir le « Big Data »

La loi « Biodiversité » discutée actuellement en France au Sénat pourrait entraîner les collectivités locales à alimenter l’Inventaire National du Patrimoine Naturel.

Avec environ 35 millions de données brutes sur la faune et la flore, les collectivités font face à un nouveau défi : cette importante quantité de données devra être structurée afin d’être transformée en open-data, c’est à dire mise à disposition du public via des bases de données. Les technologies de traitement du Big Data apparaissent naturellement comme les solutions les plus pertinentes afin de répondre aux besoins des différents acteurs concernés. C’est donc en partenariat avec plusieurs sociétés issues des Green Tech que ces les collectivités devront, dans quelques mois, trouver un moyen d’articuler et de lier toutes leurs données entre elles. Cependant, les informations « sensibles » telles que la localisation d’une orchidée très rare ne seront pas divulguées : plusieurs niveaux de confidentialité seront donc attribués à ce projet d’Open Data.

[Article identifié sur La Gazette des Communes le 11/05/2016]

Photo libre de droits

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *